jeudi 3 mars 2005

Ray

Ray CharlesJ'ai vu récemment le film sur Ray Charles, et j'ai beaucoup aimé.
La musique, omniprésente, est bien mise en scène, on est plongé dans sa création. On vit l'itinéraire de Ray Charles, son ascension, les rapports troubles avec l'argent, la drogue, le pouvoir. Le personnage n'est pas édulcoré et est aussi montré sous ses cotés antipathiques. Mais l'essentiel reste la musique qui s'envole et nous emporte. Le film est monté intelligemment, bien rythmé aussi dans sa construction narrative.
Je ne suis pas d'accord avec la critique négative, et très partisane, de Libé. Peu m'importe que ce soit une super-production américaine et que certains détails biographiques ne soient pas respectés. J'ai assisté à un superbe spectacle pendant 2h30 et ne boude pas mon plaisir. La critique du Monde me semble plus juste.

mardi 11 janvier 2005

Rois et reine

Rois et reine, un film d'Arnaud Desplechin.

Un film magnifique.Empreint d'une grande humanité. Mathieu Almaric interprète magistralement un personnage lunaire, hypersensible, presque en marge. Assumant ses excès. Au bord de. En prise avec l'institution psychiatrique. (certains de ses "proches" "pour son bien" le font interner.)
Catherine Deneuve(1) tres convaincante en pychiatre intriguée. Regards décalés sur la psychanalyse.
J'ai beaucoup aimé, comme j'avais déja beaucoup apprécié son fim précédent Esther Kahn. J'irai revoir Rois et reine, pour réécouter le monologue magnifique de Ismael-Mathieu Almaric s'adressant à Elias l'enfant. Des mots forts des mots justes des mots sincères sur des sentiments complexes.

A voir absolument.

Il m'est difficile de bien décrire les qualités d'un film. Depuis une semaine je tourne et retourne les mots pour ce billet. Mais si j'écris ici c'est pour capter des instants, des émotions, qui dans le présent font la saveur de la vie. Ce film était une belle émotion; je tente d'en transcrire quelques bribes.

(1) Elle interprétait avec talent une psychanalyste peu ordinaire dans le film tres inspiré, un peu surréaliste, du talentueux Raoul Ruiz : Généalogie d'un crime.

dimanche 12 décembre 2004

Films 2004

En vrac, je tente de reconstituer ci-dessous la liste des films que je retiens de l'année 2004

  • Printemps, été, automne, hiver ... et printemps : film Zen du réalisateur coréen Kim Ki-Duk
  • 21 grammes (du réalisateur mexicain Alejandro González Inárritu)
  • 2046 de Wong Kar-Wai
  • La mauvaise éducation de Almodovar
  • Un long dimanche de fiançailles (Jeunet)
  • Les yeux secs (de la réalisatrice marocaine Narjiss Nejjar )
  • Clean (Olivier Assayas)
  • Eternel sunshine of the spotless mind (Michel Gondry)