20 mars 2012, jour du printemps. Le blog renait de ses cendres.
René Char, encore et toujours, dans son évidente et fulgurante clarté.

Réponds "absent" toi-même, sinon tu risques de ne pas être compris.

Le poète, susceptible d'exagération, évalue correctement dans le supplice.

Accumule, puis distribue.
Sois la partie du miroir de l'univers la plus dense, la plus utile, et la moins apparente.

René Char. Feuillets d'Hypnos. 1943-1944. Dédié à Albert Camus.