Au fil de l'eau

Fil des billets

dimanche 5 février 2006

Hivernage

Que fait pendant l'hiver un blog qui s'appelle printemps-été ?

Lac de laffrey
Lac de Laffrey, 5 février

Il hiberne et hiverne, un peu perdu dans tout ce blanc.
(Contrairement aux apparences, cette photo n'a pas été prise en noir & blanc ...)

dimanche 1 janvier 2006

Année Nouvelle

Amis qui passez par ici, je vous souhaite à tous une très belle année 2006, qu'elle soit source de bonheur et félicité.

bonne annee
Cliquer ici pour la version animée de la carte.

mardi 22 novembre 2005

Égrener

graines
Transmettre le regard, le geste, le geste de regarder. Juste cela.
Les mots ne sont qu’illusion s’ils ne s’accompagnent pas du geste, du faire.
L’économie de parole sied à l’authenticité du geste. Il y a des gestes dans la mémoire collective. Il y a des reproductions d’actes qui sont mémoire vivante, qui sont la dimension de l’homme dans la lignée.
Ainsi ce qui est transmis à la génération d’après échappe à la volonté de dire ou de faire. C’est l’essence d’un soi dans l'instant qui revient à l’enfant dans l’éclat sublime d’un geste.
Un germe.
Présence. A soi, à l'autre. Le devoir de l’homme ? Le devoir d’être présent à la vie.

transmettre

dimanche 20 novembre 2005

Terre de mémoire

Nos pieds foulent les feuilles mortes, terreau à venir dont se nourrira la forêt.
Terre de mémoire.
Dans la terre, l’enfouissement n’est pas l’oubli. La mort est absorbée dans le cycle sans fin de la vie.
Dans la ville tentaculaire, l’homme désincarné nie la mort dans l’illusion aveugle de la dominer. Pris de panique devant la réalité implacable de la mort, il se raccroche à des rites creux, pommade dérisoire sur son angoisse existentielle.
Vivre vrai c’est vivre la dimension éphémère de sa condition d’humain. C’est vivre humble dans le respect de son milieu environnant. Ancrés dans la terre, les gestes simples se chargent naturellement de leur part de rituel.

TGV Paris-Grenoble, triste journée du 10 novembre.

foret

samedi 5 novembre 2005

Ciel d'Obiou

obiou

Ciel d'Obiou
Fleuve de la vie bleue
Terre d'en vies de feu
L'élan de nos ailes
En cieux

d'autre photos de nuages ici.

jeudi 29 septembre 2005

Tempo d'automne

Le temps sphérique
Et l'automne ne serait pas nostalgique
Vendanges sucrées
Nos pas ailés

mardi 20 septembre 2005

La foire bio de Mens

Samedi après-midi, je suis allée à la foire bio de Mens. Un vrai bol d'air, une ambiance de joie de vivre autrement, un ilôt de rêve où échapper un temps à la logique stérile du produire plus à plus bas prix, logique qui lamine l'être par l'avoir, et stérilise la planète.
Dommage, il faisait froid, cela n'incitait pas à flâner, mais quand même. Entre les matériaux de construction écologiques, les pains fromages gateaux fruits des plus appétissants, les huiles essentielles et autres massages relaxants, on se sentait bien. J'ai particulièrement retenu l'association Kokopelli : pour la libération des semences, la sauvegarde de la biodiversité, et la conservation de l'héritage. C'est cela aussi jardiner. Semer pour conserver, pour transmettre, semer pour libérer.
Un petit jardin sur la terre, un grand jardin dans la tête. C'est promis, au printemps, je sème autrement.
Nous allons ensuite nous réchauffer au café des Arts, sur les traces de Giono.
C'était un bel après-midi en Trièves.

jeudi 8 septembre 2005

Butiner

abeille sur fleur de courgette

Esprit Zen ou tao, les philosophes antiques au Jardin d'Epicure, la philosophie du langage, un (beaucoup) de pragmatique, des poètes surréalistes aux haikus japonais, un peu d'intelligence artificielle, de la littérature à la technique informatique .... un peu de jardinage, de marche, d'écriture, cultiver c'est à dire essentiellement regarder.
S'étonner.
Cultiver ses émotions, ensemencer de curiosité, glaner ses envies, enrichir par le partage.
Butiner, se gorger de sensations, et dans le creuset des émotions, fondre les sucs de la vie, les transmuter en un alcool blanc, si fort qu'il échappe au temps.
Eau forte.

papillon sur cosmos

dimanche 4 septembre 2005

Quelques nouvelles du Ser

cosmos

La fin de l'été , c'est encore l'été, n'est-ce pas ?
Au jardin de Ser Reynaud, les cosmos sont en pleine floraison, accompagnés encore par les centaurées ayant fleuri tout au long de l'été. Courgettes et haricots verts donnent encore un peu. J'ai ramassé il y a un mois environ ail et oignons, provisions d'anti-oxydant. Je vais couper pour faire sécher thym, marjolaine, serpolet, estragon. La courge aura-t-elle le temps de grossir ?
Les moutons sont partis (en camion, les pauvres !)

cosmos

dimanche 21 août 2005

Un port

L'envie d'une terre et l'attrait, toujours, des ports. Peut-être simplement pour une autre perception du temps.

Hania
Hania (La Canée).

Santorin, le port
Santorin, le port.

mercredi 17 août 2005

Densification de l'être

Entre Mer et Terre, le temps s'étire et se densifie. Comme si l'on vivait l'essence des choses, le coeur de l'être parfaitement accordé au rythme naturel du monde. Le ressac de la mer et la respiration. Le temps a une autre couleur ici. Couleur rouge de la terre et des labours de l'homme ; vert argent de la feuille d'olivier ; les champs d'olivier défiant les siècles.
Le regard accroché à la mer, je laisse les instants se charger de densité, dans la vacuité.
Evacué le tournoiement des questions factices, le vie pleine est la vie simple.
Sitia, Crete, Aout 2005.

Itanos
Itanos, Cote Est. (cliquer pour accéder à la photo en 1024)

Quelques photos de Crete sur Flickr

dimanche 7 août 2005

Créateur de paysage

oliviers à Prevelli
Oliviers sous le monastère de Preveli.

L'olivier est, avec la vigne et le chêne vert, l'élément fort de l'unité paysagère méditerranéenne. Aussi le paysage idéal d'Arcadie était-il composé d'oliviers en bas des pentes, de vigne sur les versants, de maquis de chênes verts et de pins sur les escarpements. Plus que tout autre arbre, l'olivier marque de sa présence indefectible le territoire. Depuis l'Antiquité, les hommes auraient sculpté le relief de manière à établir les meilleures conditions de son épanouissement : les oléiculteurs comptent ainsi parmi les plus anciens créateurs de paysages.

Stephane Moreaux. L'olivier (Le nom de l'arbre- Actes Sud)

mercredi 27 juillet 2005

La Crète : Terre Méditerranéenne

oliviers sur la côte Est

Terre rouge écrasée de soleil et plantée d'oliviers.
Terre profondément humaine ; la culture millénaire de l'olivier inscrite par l'homme dans la terre génération après génération.
L'arbre de vie.
Peuple de la terre, de la mer, à l'ombre des dieux et des héros légendaires.
Vibration de la mémoire, une autre perception du temps.

La Crète : une terre méditerranéenne qui accueille mes rêves.

lundi 27 juin 2005

En partance

Les sacs à dos sont bouclés, la maison (presque) rangée, le jardin nettoyé.
Nous décollons dans quelques heures, direction le 35e parallèle, Est. Ferons provision de Sud. Je crois même que nous atteindrons la ville la plus méridionale d'Europe ...
Blog à l'estive !
Je vous souhaite à tous un bel été :)

pavot 18 juin 05

mardi 14 juin 2005

Thym


Thym du jardin, 12 juin 2005.

Thym, serpolet, marjolaine en fleurs, c'est le début de l'été ... envie de cuisine parfumée et colorée.

mercredi 1 juin 2005

L'estive



L'estive.
J'aime cette expression. Elle dit le rythme des saisons, l'action contenue dans le temps seulement. J'aime que la vie ici soit fortement déterminée par la succession des saisons, les gestes attendus, retrouvés dans une re-découverte cyclique. Un ancrage, encore. Une mémoire incarnée.
L' arrivée des moutons marque l'annonce de l'été.
Les vrais transhumances sont rares désormais, les bêtes voyagent en camion. Je crois qu'il existe encore en France deux vrais transhumances, dont une en Valgaudemar.

dimanche 22 mai 2005

Jardin philosophique

oeillet des montagnes
Le geste accompagne la pensée. Dans le geste de planter, la pensée s'enracine. Il est absurde de séparer intellectuel et manuel, esprit et corps. La main, le corps, pensent.
Un jardinier attentif est un philosophe. Il appréhende par le sensitif les questions fondamentales de la vie et du temps.
Nos pensées s'encrent de terre.

samedi 14 mai 2005

Conjugaison

Une partie de ma matinée s'etait passée à conjuguer le verbe être - car on venait d'inventer un nouveau temps du verbe être.

André Breton. Clair de terre.

Comment conjuguer ce nouvel être ?

lundi 11 avril 2005

Lundi matin

Etendues neigeuses
Sur les contreforts de la Chartreuse
La nature est-elle heureuse ?

vendredi 8 avril 2005

Ci elle

ciel

Ciel

Si elle
si lui
si luit en elle
eux

des ailes
des îles
désirs d'ailes
délices airs

Désirs ailés
en des cieux
si heureux
en leurs yeux
le feu

- page 2 de 3 -